Le don est-il un bon moyen de parvenir à ses fins en négociation ?

Nous ne parlerons ici que des relations professionnelles, bien que le don soit un moyen utilisé aussi à des fins personnelles.

Il est de notre nature inconsciente de donner ce qui ne nous coûte rien, pour peu qu’on nous le demande et que nous soyons de « bonne humeur ».

Mais si en soi il peut être agréable de donner, les conséquences sont souvent mal maîtrisées voire ignorées. Quand votre subordonné vient vous demander à partir une demie heure plus tôt que l’horaire prévu, fréquemment vous vous enquérez de savoir si toute sa tâche est bien accomplie, (exception faite de lui demander Pourquoi), et vous le laissez partir.

Que se passe-t-il dans ce cas ?

Tout d’abord vous êtes un « chic type », puis l’inconscient vient jouer de l’analyse : si on me donne ce que je demande et ce pourquoi je suis rémunéré, c’est que cette demi-heure ne « vaut rien » ou en tous cas ne « coûte rien » à celui qui me l’octroie ! Et à partir de cet instant la machine s’emballe ! (science fiction évidemment !)

Pourquoi ne pas travailler un peu plus vite pour finir un peu plus tôt ? Ce que l’on rémunère c’est le travail fourni et non la présence effective au poste de travail !

Dois-je toujours demander cette dérogation (après deux ou trois demandes acceptées) puisque si mon travail est terminé cela ne pose aucun problème ! Ne pourrais je pas arriver en décalé le matin étant donné que je dois rester ce soir jusqu’au bout pour raisons d’organisation personnelle ?

Je ne suis qu’une machine à produire et non un membre d’une équipe ! etc. etc.

(Suite de science fiction) : Il me demande toujours plus pour le même salaire ! Je n’y arrive pas ! Je suis surchargé ! Nous ne sommes pas assez nombreux ! Halte aux cadences infernales ! etc. etc.

De votre coté, il vous semble légitime de donner quelques tâches supplémentaires à la personne qui demandant à partir plus tôt régulièrement prouve par ce fait de sa disponibilité à en faire plus. Vous considérez que le salaire couvre une période de présence et il est de votre devoir de l’optimiser. Il serait inéquitable d’obliger certains à travailler jusqu’à l’heure prévue pour qu’ils finissent leurs travaux et de décharger certains autres de ces tâches !

Henri Jean Tolone

Henri Jean Tolone

Fondateur